Préparer l’héritage d’un chalet

Publiée le lundi 16 décembre 2013

L'héritage d'un chalet peut être la source de problèmes familiaux et financiers. Il savoir bien le préparer.



Un beau chalet comme résidence secondaire, c’est souvent synonyme de moments enfamille inoubliables où les générations viennent se rassembler régulièrement enfin de semaine. Lorsque des parents ou des grands-parents investissent dans l’acquisition d’un chalet, que ce soit dans les Laurentides ou bien en Estrie, ils ne se doutent souvent pas qu’il peut s’agir d’une véritable source de discorde familiale mais aussi financière pour leurs héritiers.

 

Une fiscalité lourde

 

Lors de l’héritage d’un chalet, ce sont avant tout les impôts qui peuvent être le sujet de tensions familiales. Pour les maisons secondaires, si elles sont léguées à d’autres personnes que le conjoint, on rentre dans le cadre de l’impôt sur le gain en capital. Le gain en capital signifie la valeur qu’a prise le chalet entre le moment de son acquisition et celui de l’héritage. En effet, pour un chalet payé 200 000$, valant 400 000$ lors du décès, le gain en capital est de 200 000$. Or l’impôt au Québec est de 50% sur le gain en capital, ce qui signifie que dans ce cas précis, les héritiers devront s’acquitter de 100 000$ d’impôts! Ce montant peut varier selon le taux d’imposition du défunt. Ainsi on peut voir en Estrie de nombreuses familles qui sont prises au dépourvu lorsqu’on leur annonce les sommes à payer après le décès. Souvent, ces chalets ont été achetés à bon prix il y a 10, 20 ou 30 ans, et le gain en capital peut être très important en raison de la valorisation immobilière de ce genre de maisons au cours des dernières années, surtout lorsque de nombreux travaux ont été effectués. Il existe de nombreuses manières d’alléger ce montant ou bien même parfois de s’en acquitter, mais pour cela il faut prévoir ce genre d’évènements à l’avance. En effet, en gardant toutes les factures des réparations majeures, il est possible par exemple de diminuer l’impôt sur le gain en capital. Il est aussi possible de faire passer le chalet comme résidence principale, pour cela il faudra prouver que vous y avez vécu pendant au moins quelques semaines durant l’année. Pour cela, vous devrez donc prendre de l’avance et rencontrer un comptable ou un fiscaliste en présence du propriétaire et de ses héritiers, afin de ne pas être pris au dépourvu dans le cas d’un triste événement.

 

Le poids des tensions familiales

 

Ce sont cependant les tensions familiales qui font parfois le plus de ravages lors de l’héritage d’un chalet. On peut très souvent voir des familles en froid pendant plusieurs années en raison d’intérêts contraires. Certains héritiers voudront vendre, d’autres faire des rénovations, il est donc très rare que tout le monde souhaite la même chose. De plus, dans le cas d’une résidence secondaire, il arrive souvent qu’un des héritiers ait l’habitude d’en profiter plus que les autres testateurs qui habitent parfois plus loin. C’est donc la responsabilité du chef de famille de mettre ces situations au clair de son vivant et d’équilibrer ainsi les lots et les responsabilités de chacun dans le testament. Trop de familles évitent d’avoir de vraies discussions sur ce sujet et c’est souvent la raison pour laquelle des disputes éclatent lorsqu’il est trop tard.

 

Pour voir les chalets actuellement en vente avec l'agence Jacinthe Dubé, rendez-vous sur la page des propriétés en vente http://www.jacinthe-dube.com/proprietes-a-vendre.html?resetPropriete=1.



« Retour à la liste des nouvelles




Signets :